Découvrez tous nos masques adultes & enfants

Les masques

Vous trouverez tous les détails des produits dans les fiches produit à droite. 

Sur cette page vous trouvez une F.A.Q qui répond à la plupart des questions des particuliers pour vous aider dans votre démarche de vente.

Chirurgical ou FFP2 ?

Masque chirurgical

Un masque chirurgical est un dispositif médical (norme EN 14683). Il est destiné à éviter la projection vers l’entourage des gouttelettes émises par celui qui porte le masque. Il protège également celui qui le porte contre les projections de gouttelettes émises par une personne en vis-à-vis. En revanche, il ne protège pas contre l’inhalation de très petites particules en suspension dans l’air. On distingue trois types de masques : Type I : efficacité de filtration bactérienne > 95 %. Type II : efficacité de filtration bactérienne > 98 %. Type IIR : efficacité de filtration bactérienne > 98 % et résistant aux éclaboussures.

Masque FFP2

Un masque FFP est un appareil de protection respiratoire (norme NF EN 149). Il est destiné à protéger celui qui le porte à la fois contre l’inhalation de gouttelettes et des particules en suspension dans l’air, qui pourraient contenir des agents infectieux. Le port de ce type de masque est plus contraignant (inconfort thermique, résistance respiratoire) que celui d’un masque chirurgical. Il existe trois catégories de masques FFP, selon leur efficacité (estimée en fonction de l’efficacité du filtre et de la fuite au visage). Ainsi, on distingue : Les masques FFP1 filtrant au moins 80 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur < 22 %). Les masques FFP2 filtrant au moins 94 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur< 8 %). Les masques FFP3 filtrant au moins 99 % des aérosols (fuite totale vers l’intérieur < 2 %)

Foire Aux Questions

Les masques chirurgicaux peuvent être portés 3h de suite maximum. Ils ne sont ni lavables ni réutilisables, et comme pour les masques FFP2, tout masque chirurgical doit être jeté après avoir été porté, et ce même s’il l’a été moins de 3h.

Les masques jetables FFP2 (également appelés masques « bec de canard ») sont valables durant 8h. Ils doivent être parfaitement positionnés.

Tout masque porté doit être jeté ensuite, et ce même s’il l’a été moins que sa durée de vie de 8h ou 3h. Il ne faut jamais remettre un masque jetable qui a déjà été utilisé !

Les masques chirurgicaux (ou « masques 3 plis »)  est conçu pour filtrer l’air à l’expiration et non à l’inspiration.

Par conséquent, les masques chirurgicaux sont le plus souvent recommandés aux personnes déjà infectées par le virus. 

Il est recommandé, pour une personne non infectée de porter un masque de type FFP2.

Vous pourriez aussi voir dans les descriptifs de ces masques de protection le terme N95. Il s’agit cette fois des normes américaines 42 CFR 84 du NIOSH, de même que le niveau KN95 correspondent aux normes chinoises GB 2626-2006.

Les masques N95 et KN95 filtrent 95% des particules en suspension, et sont donc bien d’équivalence FFP2 (ils sont même 1% plus filtrants encore que les FFP2 qui en filtrent 94%).

En milieu de soins, le dernier avis de la SF2H (date du 14 mars) recommande « de ne pas utiliser d’autres types d’écrans à la place des masques chirurgicaux (ex. masques en tissu, masques en papier, chiffons noués derrière la tête), du fait de données scientifiques concernant leur efficacité (étanchéité) très rares ». Ces recommandations sont basées sur les connaissances actuellement disponibles et sont susceptibles d’être modifiées en fonction de l’évolution des connaissances scientifiques et de l’évolution de l’épidémie actuelle COVID-19.

 

Une étude chez le personnel hospitalier a également montré que le risque d’infection respiratoire était plus important dans le groupe portant un masque en tissu que dans le groupe portant un masque chirurgical.

Les visières ou écrans faciaux ne sont pas des équipements de protection respiratoire mais des équipements de protection des yeux et du visage. Ils répondent à la norme EN 166 « Protection individuelle de l’œil – Spécifications ». S’ils peuvent protéger les porteurs des grosses gouttelettes émises immédiatement après une toux par une personne à proximité et face à l’écran, ils ne permettent pas de protéger des particules restant en suspension. Ils n’ont pas l’efficacité des masques de protection respiratoire.
En milieu de soins, les écrans faciaux ne doivent pas être utilisés seuls, mais en complément d’une protection respiratoire. Ces écrans protègent tout le visage et ont l’avantage de pouvoir être retirés en minimisant le risque de toucher le visage.